Bavette avec PACO

août 31, 2011

J’avais envie d’interviewer un ami aux multiples talents qui s’appelle Pascal PAUTROT
parce qu’il m’a beaucoup apporté dans ma façon d’appréhender la création artistique…
mais je suis pas journaliste alors c’est plutôt une discussion entre potes =)

Comment dois-je t’appeler ?

Salamander c’est Paco, Artcastle-Productions c’est Pautrot. Tu veux interroger qui ?

Ok, alors je vais t’appeler Paco (tu t’en doutais ^^)

J’ai lu une ou 2 interview(s) de toi sur le net mais je te rassure : celle-là sera beaucoup plus détendue. Juste pour te faire connaitre à notre petite communauté de blogueurs (voir la liste tout en bas) parce que tu es une personne intéressante qui m’a toujours inspiré le respect et l’admiration (peut-être trop ^^) et que je pense que je ne serai pas le seul à me retrouver dans ta façon de « penser » ton Art.
On se connait depuis 2000 environs, date à laquelle on a travaillé ensemble sur ADIBOU chez Coktel Vision. Toi comme Directeur Artistique et moi comme Animateur. C’est une expérience inoubliable pour moi. La seule de ma vie professionnelle où rigueur et travail soigné pouvaient se mêler à amusement et plaisir partagé par toute l’équipe.

Et toi, que retiens-tu de cette époque? (rassure-toi, les autres questions seront beaucoup plus courtes !^^)

Je retiens de cette époque tellement de choses… qu’un roman n’y suffirait pas. J’ai travaillé chez Coktel-Vision de 1989 à 2003. Je n’ai pas tout à fait vu naître la boîte de Roland Oskian mais c’est tout comme. Une aventure à la fois unique et inoubliable pour moi ! Ensuite je l’ai senti mourir peu à peu quand elle est devenue Vivendi. Mais la période dont tu fais référence fut probablement l’une des plus intenses. Parce que changements internes importants, nouveaux projets, équipes renforcées et donc la chance d’avoir pu collaborer en tant que Lead-animateur (et non comme DA) sur ADIBOU. Très touché quand même😉. J’ai ainsi pu diriger, former parfois, une équipe d’animateurs et de coloristes du mieux que j’ai pu. Et si j’ai pu vous transmettre quelques petits trucs – appris auparavant sur le tas – durant cette période, ma foi j’en suis plus que ravi ! En effet beaucoup de rigueur dans le travail parce que les délais étaient très serrés, mais toujours dans la plus franche camaraderie heureusement. Tu étais l’un des meilleurs animateurs (si si j’insiste !) et j’ose espérer que tu n’as pas perdu la main comme moi depuis ce temps !

Je pense que tu es un passionné. Quoi que tu entreprennes, tu t’y lances à fond pour en tirer le meilleur. Tu dirigeais donc notre équipe et tu as su nous accompagner dans ce sens. En cela, je pense que tu as été un parfait lead-animateur et un exemple dans ta façon de travailler. Et si tu appréciais mon travail d’animateur, c’est parce que j’avais envie de te montrer le plaisir que j’avais de travailler avec toi. Je n’ai jamais retrouvé une telle motivation depuis.
A présent, tu es loin de ce monde. Tu as développé ton univers. Peux-tu nous dire à quel stade tu te situes dans ce développement ?
Peux-tu nous présenter une ou deux de tes œuvres qui sont pour toi représentatives de ta démarche actuelle ?

Et bien loin de ce monde et en marge de l’informatique, j’avais besoin de retrouver une démarche créative plus concrète. Je m’étais essayé à la BD, à la sculpture et à la peinture avant Coktel-Vision sans toutefois avoir pu persévérer en ce sens. En arrivant à Graulhet j’ai donc pu reprendre cette démarche sereinement. La Peinture ou plutôt les arts plastiques m’ont permis d’exprimer des choses beaucoup plus personnelles. J’aime particulièrement utiliser la toile comme support en y mélangeant toutes sortes de matériaux. Les plus représentatives ? Difficile car les sujets que j’aborde sont très diversifiés. Pas de style non plus qui me conforterait dans une démarche académique que je réfute alors que je désire créer selon l’humeur du moment avec ce dont je dispose et sans contraintes d’ordre moral, politique ou religieux, l’esprit libre. Je n’en suis qu’à mes débuts…
J’ai peut-être une préférence pour ce mammouth tout à fait naïf « Xanathorpe » par exemple, pour lequel j’ai utilisé de la suie mélangée à de l’acrylique. Ce qui lui donne un grain particulier et rugueux au toucher. Et puis ma démarche culinaire que je compte bien prolonger en proposant des tableaux à dévorer des yeux, comme « J’ai la frite ! ». Mais chaque image à une histoire particulière au moment de sa réalisation alors difficile de retenir un tableau plus qu’un autre…

Xanathorpe 2009

J’ai la Frite ! 2009

J’ai envie d’approfondir et de tenter une interprétation des 2 œuvres que tu nous présentes. La 2ieme œuvre a tout à fait l’effet que tu souhaites sur moi : j’ai envie de la manger ! et le seul fait de la regarder en photo me nourrit littéralement par les yeux !! c’est tellement réaliste (avec les 2 potatoes qui se retrouvent parmi les frites =)) et sublimé par la brillances des saucisses et des sauces que ça répond au fantasme du manger gras, salé et croustillant. Ce désir omniprésent chez nos enfants et que l’on essaie nous même de réprimer… Je conseille donc à tous ceux qui ont du mal à résister aux démons des fast food de te commander cette œuvre et de combler cette envie impure par une dégustation visuelle sans risques pour la santé =)
Dans la première œuvre, c’est vrai qu’on sent bien la texture de ton mammouth… ça donne envie de toucher l’original =)
Je le sens bien posé sur le sol. On sent bien son poids et sa « réalité » par rapport aux 2 personnages qui semblent voler à sa droite et à sa gauche… ça pourrait être des rêves mais je préfère penser qu’ils représentent la société humaine qui reste sauvage malgré son évolution (je m’avancerais même à dire que c’est un cerveau qui occupe tout le visage du personnage de gauche) et qui invente des produits, qui joue à déformer la nature à son gré (la vache rouge à droite – qui ne rit pas – à 5 ou 6 yeux en témoigne). De ces observations découle une interprétation de ton œuvre sur notre société et son évolution depuis la préhistoire en mettant en avant la créativité plus ou moins néfaste de l’homme.
Mais remettre en question la créativité de l’homme, n’est-ce pas pour un artiste, s’avancer sur un terrain glissant ? Une remise en question peut-être ?

Ce sont des interprétations très intéressantes, assez proche des miennes en effet. Et puis le travail en volumes m’interpelle fortement pour proposer une approche différente vis-à-vis de l’art en général. Mon idée de toujours étant de permettre justement à des non-voyants comme à des enfants de pouvoir s’approprier une œuvre en la touchant pour appréhender d’autres dimensions. Blasphématoire en l’état n’est-ce pas ? J’aime créer cette alchimie. Je compare toujours ma manière de pratiquer les arts plastiques comme on invente des recettes en cuisine. La diversité des thèmes abordés comme la multiplication des couleurs ont certainement été influencé par ma période de création informatique.
La création est intimement liée à la destruction c’est un fait. Remettre en question la créativité de l’homme ? Je ne crois pas être à la hauteur d’une telle démarche en toute modestie et puis d’ailleurs je ne me pose même pas ce genre de question. Mais remettre en question certaines idées reçues toutefois, certaines croyances… là oui très certainement. Nos sociétés ou plutôt l’humanité depuis l’aube des temps s’est attachée à s’inventer des dieux, des dogmes et tout un tas de croyances simplement pour en tirer profit et pour se rassurer face à l’Inconnu. C’est en tout cas ma pensée. Lorsque l’on sait et que l’on voit à quoi tout ceci à servi dans l’histoire des hommes et sert encore de nos jours, on a tout lieu de s’inquiéter pour l’humanité dans un futur proche. La créativité peut dénoncer tout cela sans pour autant remettre en question les convictions de chacun.
Un terrain glissant ? Certainement ! vis-à-vis des intégristes de la pensée ou de l’ignorance quels qu’ils soient. C’est cette naïveté qui me choque mais je la comprends malgré tout. L’inverse en revanche est généralement impossible et pour cause lorsque tant d’intérêts sont en jeu. Malgré tout la fièvre monte inéluctablement face à tant d’obscurantisme ! Mais là nous glissons hors de la fourmilière justement…

Voilà, pour ma part, je suis bien content d’avoir eu cette interview (qui serait plus un bout de conversation =)) avec toi car y’a longtemps que j’en avais envie ;=
Pour terminer, un petit mot aux blogueurs qui liront ça ?
Ils forment une communauté qui sait tirer le bon parti de ce formidable outil qu’est internet. La plupart viennent dans un esprit d’échange.
Quand je vais les voir chez eux (sur leur blog) j’y vais par curiosité et je donne mon avis autant que je peux car je pense que c’est important de motiver ce genre de communication.

Bien content également d’avoir pu répondre à tes questions et je t’en remercie sincèrement. A bientôt Joe et longue vie à la communauté des blogueurs créateurs car ils contribuent à enrichir l’esprit de la toile !

Merci à toi Paco =)

artcastle@free.fr

son studio de production : http://www.artcastle-productions.com/blogart/
son site d’artiste : http://www.pacosalamander.com/
son blog : http://pacosalamander.wordpress.com/

20 Réponses to “Bavette avec PACO”

  1. 666 said

    Passionnant … Surtout ton ressenti sur les 2 œuvres choisies confronté à la démarche de leur auteur.
    Intéressant dans l’approche de l’Art. Le message de l’auteur. A lui-même et aux autres. Les techniques.
    Et puis on sent bcp de sympathie, d’admiration et de respect entre vous.
    Bref, j’irai découvrir les liens ce soir.

  2. belzaranan said

    C’est toujours intéressant de découvrir de nouveaux artistes !

  3. galien said

    Encore un bonhomme qu’il serait intéressant de rencontrer !
    J’aime bien sa vision de l’art sur le point culinaire d’abord. Un bon dessin c’est comme un bon plat, et les chefs d’oeuvre agissent de la même manière : Il s’agit d’abord d’une vision d’ensemble puis un détail, une première saveur qui introduit le plat/dessin dans sa plénitude puis se dissipe en offrant encore qq saveurs. Un nouveau regard, une nouvelle bouchée, et c’est toute une histoire qui redémarre avec de nouvelles découvertes. Pareil pour la musique.
    Et puis la création est forcément liée à la destruction : si on ne prend pas de risque, alors on se repète. Mais une prise de risque s’accompagne toujours d’une remise en question : on fait table rase (en n’oubliant pas ce que l’on sait mais en s’en méfiant), on essaie on explore, quitte à connaître l’échec, le doute, la douleur, mais aussi le plaisir et l’extase.
    Beaucoup pensent que c’est facile de dessiner, non, ça ne l’est pas si on y met nos tripes. Mais il ne faut pas perdre la notion de plaisir, qui doit être un cap (tout au moins, pour mon moral à moi, huhuhu !)

    • Joe SKULL said

      c’est drolement bien dit Galien! je suis entierement d’accord avec toi sur ce que tu dis sur la destruction (abandonner une oeuvre qui ne nous satisfait pas pour mieux la reconstruire) mais, en fait, la question que je posais à Paco était plutôt de savoir si pour lui remettre en question la créativité de l’homme pouvait être dangereux pour l’artiste… car c’est un peu son gagne-pain : en exagérant un peu, si la créativité était considérée comme dangereuse, les artistes seraient bannis…

  4. SyG said

    Personnage intéressant, j’aime bien cette vision des choses.

  5. pacosalamander said

    Je passais par hasard… Merci à tous pour vos commentaires passionnants !!

    Paco S.

  6. Aduna Fael said

    Bravo pour cette bavette qui donne bien la fritte, vive Paco !!!

  7. Que de plaisir à lire cette bavette à la Graulhétoise sur mon cher ami Paco. Dire que j’ai vu naître ces 2 oeuvres et bien d’autres. J’ai connu Paco lors de sa 1e exposition à Graulhet et ensuite, nous sommes devenu amis tout simplement, à tel point que nous correspondons toujours, même si je suis parti de Graulhet pour le Canada. Paco est l’un des personnage les plus fascinant que j’ai rencontré en mes 71 années de vie mouvementée, c’est dire !

  8. courtaut said

    Salut ravie que Paco plaise autant ! C’est quelqu’un de très bien et très sensible. Son art reflète le personnage du moins de plus en plus depuis que je le redécouvre.
    Lelo

  9. Rico said

    Belle tranche de discussion. Je n’ai pas vu la toile Xanathorpe en direct mais via le blog; regardez comment l’oeil et son contour de ce gros mamouth nous regarde! On pourrait en dire des tonnes non?…
    Amitiés Paco. Bises du Canada.
    Rico

  10. […] vous l’avais présenté ici à travers 3 de ses […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :